Última hora

Última hora

Al-Bagdadi: "Brevemente os judeus e os cruzados serão obrigados a enviarem as forças terrestres para a morte e destruição"

Em leitura:

Al-Bagdadi: "Brevemente os judeus e os cruzados serão obrigados a enviarem as forças terrestres para a morte e destruição"

Tamanho do texto Aa Aa

Desde o fim-de-semana passado que têm surgido rumores sobre a possibilidade de o líder do grupo Estado Islâmico do Iraque e do Levante, Abu Bakr al-Bagdadi, ter sido ferido ou mesmo morto no ataque aéreo norte-americano em Mossul.

O Pentágono não confirmou até agora nem uma nem outra possibilidade. Esta quinta-feira, al-Bagdadi quebrou o silêncio, através de um registo áudio onde afirma:

“Brevemente os judeus e os cruzados serão obrigados a vir ao terreno e a enviarem as suas forças terrestres para a morte e destruição. Assim Deus o permita. Obama ordenou o envio de mais 1500 soldados, sob o pretexto de que são conselheiros, porque os ataques aéreos dos cruzados e o constante bombardeio – noite e dia, – sobre as posições do Estado Islâmico não têm conseguido evitar o seu avanço nem enfraquecer a respetiva posição”.

Abu Bakr al-Bagdadi nasceu no Iraque e passou à clandestinidade quando os Estados Unidos atacaram, o país em 2003.

Depois de ter agido cerca de uma década na sombra, tornou-se, nos últimos meses, no chefe do grupo jihadista mais poderoso e brutal do mundo, surgido nas fileiras da rede Al-Qaida.
.

Abou Bakr Al-Baghdadi, qui est sorti de son silence jeudi dans un enregistrement audio, est un énigmatique jihadiste proclamé “calife” de tous les musulmans par son groupe qui sème la terreur sur l’Irak et la Syrie. Après avoir agi pendant des années dans l’ombre, Abou Bakr al-Baghdadi est devenu ces derniers mois le chef du groupe jihadiste probablement le plus puissant, riche et brutal au monde, après s‘être affranchi du réseau Al-Qaïda. Ce groupe, baptisé Etat islamique (EI), s’est emparé de pans entiers de l’Irak à la faveur d’une offensive fulgurante lancé début juin et contrôle de vastes territoires en Syrie. Dans une tentative de rétablir un régime politique islamique disparu il y a près d’un siècle, il a proclamé un califat sur l’ensemble de ces zones dont Baghdadi est devenu le “calife”, chef de tous les musulmans selon le groupe. Accusé de crimes contre l’Humanité par l’ONU, l’EI a tué de nombreux membres de tribus syriennes et irakiennes, attaqué la minorité religieuse Yazidis, vendu des femmes comme esclaves et revendiqué la décapitation de quatre otages occidentaux. Cette influence territoriale et ces exactions ont conduit les Etats-Unis à rassembler une coalition internationale qui bombarde par les airs les positions des jihadistes, et à envoyer quelque 3.100 soldats pour conseiller les forces de sécurité irakiennes dépassées. Baghdadi avait créé la surprise début juillet en apparaissant dans une vidéo peu après la proclamation par le groupe du califat, et dans laquelle le “calife Ibrahim” —nom donné à Baghdadi par l’EI— ordonne à tous les musulmans de lui “obéir”. “Je suis le Wali (leader) désigné pour vous diriger, mais je ne suis pas meilleur que vous; si vous pensez que j’ai raison, aidez-moi et si vous pensez que j’ai tort conseillez-moi et mettez-moi sur le droit chemin”, avait-t-il dit, portant barbe noire, turban et abaya sombres. Depuis le déclenchement des frappes de la coalition, il a disparu à nouveau.

– Affranchi d’Al-Qaïda – ==================== Né en 1971 à Samarra au nord de Bagdad, selon Washington, Baghdadi aurait rejoint l’insurrection en Irak peu après l’invasion conduite par les Etats-Unis en 2003, et aurait été incarcéré dans un camp de détention américain. Les forces américaines avaient annoncé en octobre 2005 la mort d’Abou Douaa un des surnoms de Baghdadi dans un raid aérien. Mais il est réapparu, vivant, en mai 2010 à la tête de l’Etat islamique en Irak (ISI), la branche irakienne d’Al-Qaïda. La stratégie anti-insurrectionnelle américaine, combinée au retournement d’une partie des tribus sunnites contre les jihadistes, avait mis le groupe à mal. Mais il a rebondi en élargissant ses activités à la Syrie voisine, rejetant ensuite l’ordre du chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, de se concentrer sur l’Irak et de laisser la Syrie au Front Al-Nosra, un groupe jihadiste combattant contre le régime de Damas. En avril 2013, Baghdadi a annoncé une fusion entre l’ISI et les combattants d’Al-Nosra pour former l’EIIL (Etat islamique et en Irak et au Levant), mais ces derniers ont refusé d’adhérer. Les deux groupes ont commencé à opérer séparément, avant de s’affronter en Syrie. Au sein de l’EI, Baghdadi est salué comme un commandant et un tacticien présent sur le champ de bataille, contrairement à Zawahiri, son ancien supérieur et actuel rival d’Al-Qaïda. Sa montée en puissance lui a récemment valu d’entrer dans le classement annuel des personnalités les plus puissantes du magazine américain Forbes, à la 54e place. bur-psr/faa/jri/hj

S. State Department on Monday (November 10) declined to confirm reports out of Iraq that Islamic State leader Abu Bakr al-Baghdadi has been killed.

“Coalition air craft conducted a series of air strikes November 7th in Iraq against what was assessed to be a gathering of ISIL leaders, near Mosul, destroying a vehicle convoy consisting of ten ISIL armed trucks,“ spokesperson Jen Psaki told reporters at the daily briefing.

“We cannot confirm if ISIL leader Baghdadi was among those present. We have no further information to provide regarding those strikes at this point. It clearly demonstrates that we’re continuing to keep the pressure on, we’re continuing to target and go after the ISIL terrorist network, but we don’t have any new information at this point,“ she added.

Psaki also said she had no other information “at this point“ regarding other senior Islamic State officials who may have been in the convoy.

The State Departments echoed an earlier statement by the Pentagon on Monday, which said it could not corroborate reports that Baghdadi had been either killed or wounded in Iraq, acknowledging conflicting media reports from the region.

The contradictory accounts from Iraq followed U.S. air strikes on Friday (November 7) night.

Islamic State, which swept through northern Iraq in June virtually unopposed by the Iraqi army, has declared a caliphate in the parts of Iraq and Syria it controls.

NATURAL WITH ENGLISH SPEECH